Histoires

Le fabricant de jouets de Kashka-Suu

Du bois recyclé, une poignée de vis et quelques outils – parfois, il ne faut pas grand-chose pour transformer une relation entre un père et ses enfants.

 

Dans sa maison en région rurale de la République kirghize, Kurbanaliev Abutalip s’accroupit devant un établi improvisé et étale son matériel : des morceaux de bois, des bouteilles en plastique vides, des clous, des marteaux, des tournevis et une scie.

 

Avec ces outils de base, Abutalip a trouvé une façon d’établir un lien avec ses trois enfants : il fabrique des jouets.

 

Abutalip et sa femme Sanabar ont eu l’idée de fabriquer des jouets pour leurs enfants – Ayana, Nursamit et Nursalih, âgés respectivement de cinq, trois et un an – après avoir suivi des cours d’éducation parentale avant la naissance de Nursalih.

 

La famille vit à Kashka-Suu, un village niché entre des champs agricoles et des contreforts à environ une heure de voiture de la capitale kirghize de Bichkek.

 

Un ancien État soviétique, la République kirghize est un pays montagneux à population étalée. Soixante-cinq pour cent des habitants du pays vivent dans des vallées reculées, ce qui complique l’accès à des services essentiels comme les soins de santé et l’éducation.

 

Mais les familles de Kashka-Suu ont accès à un centre local de ressources pour les parents. Subventionné par la Fondation Aga Khan Canada, le centre enseigne aux parents les rudiments des soins pour jeunes enfants, comme une alimentation saine, une bonne hygiène et l’importance du jeu.

 

Le cerveau des enfants se développe rapidement dans les premières années de vie, et le jeu les aide à cultiver des compétences dont ils auront besoin dans leur vie adulte. Lorsque les soignants encouragent un jeune enfant à expérimenter avec le monde autour de lui, ce dernier apprend à être créatif, à prendre des décisions et à résoudre des problèmes.

 

Seul un enfant kirghize sur cinq participe à un programme d’éducation des jeunes enfants, et près de 50 % des enfants n’ont pas de matériel pédagogique à la maison. Mais Abutalip et Sanabar ont réalisé qu’ils pouvaient encourager leurs enfants à jouer et apprendre avec des jouets faits à la maison, plutôt que de dépenser leur maigre budget sur des jouets fabriqués dans le pays voisin, la Chine.

 

« J’essaie de donner à mes enfants plus de temps qu’auparavant », explique Abutalip. Le premier jouet qu’il a fabriqué était une petite chaise en bois. Aujourd’hui, Ayana, Nursamit et Nursalih ont un ensemble complet de meubles miniatures et de voitures faits en bouteilles recyclées. Leur mère leur coud des lapins, des vaches et des chevaux en feutre.

 

Le temps de jeu est un moment qui permet aux familles de resserrer leurs liens. Lorsque les enfants jouent ensemble, ils apprennent des compétences sociales comme le partage, la négociation, la résolution de conflits et l’expression de leurs besoins. Et lorsque les parents jouent avec leurs enfants, ils voient le monde à travers les yeux de leurs enfants, ce qui leur permet de communiquer avec leurs enfants et de les guider.

 

« Les enfants jouent et parlent avec nous plus qu’avant. Notre relation s’est améliorée », affirme Sanabar

 

Le soutien de la Fondation au centre de ressources pour les parents de Kashka-Suu fait partie d’un plus grand programme qui couvre la République kirghize, l’Afghanistan, le Pakistan et le Tadjikistan. L’initiative, qui est financée en partenariat avec Affaires mondiales Canada, favorise la santé et le bien-être en aidant les familles à accéder à de meilleurs soins et informations.

 

Le fait de mettre l’accent sur le développement des jeunes enfants produit des résultats à long terme bien réels. L’apprentissage et les soins pendant la petite enfance sont cruciaux pour la réussite des enfants à l’école et sont liés à une meilleure santé, à des revenus plus élevés et à des taux de criminalité moindres plus tard dans la vie.

 

Pour Ayana, Nursamit et Nursalih, tout cela n’est que jeux et amusement. Mais pour leurs parents, la fabrication de jouets est un investissement dans un avenir meilleur pour la famille, un cheval en feutre à la fois.

 

 

faire un don

Recent Posts

Le fabricant de jouets de…

21-08-2014 / Hits:3541

Du bois recyclé, une poignée de vis et quelques outils – parfois, il ne faut...

Read more

L’art de tisser un avenir…

21-08-2014 / Hits:2997

Apendiwe Momade est assise en dehors de sa maison dans une région rurale du Mozambique, à...

Read more

Nouveaux horizons pour des agriculteurs…

21-08-2014 / Hits:3145

À Cabo Delgado, au Mozambique – l’une des provinces les plus pauvres de l’un des pays...

Read more